Conte·Contemporain·Lectures

La Mécanique du Coeur

La mécanique du coeurone-shotban-resume
Edimbourg, 1874 : le jour le plus froid du monde. Lorsque Jack naît, son cœur gelé se brise immédiatement. La sage-femme le remplace par une horloge et le sauve.

Depuis lors, il doit prendre soin d’en remonter chaque matin le mécanisme. Mais gare aux passions ! Le regard de braise d’une petite chanteuse andalouse va mettre le cœur de Jack à rude épreuve…


ban-mon-avis

Cette lecture a été un vrai délice, l’univers que Mathias Malzieu a crée pour cette histoire est tellement vivant, haut en couleurs et poétique! Le style d’écriture de l’auteur est juste géniale, soit dis en passant!

J’ai adoré suivre Jack du début du roman où il raconte sa naissance et ce qu’il ressent à  ce moment là  d’une façon très détachée, et tout au long de ses aventures pour retrouver l’élue de son cœur, la jolie Miss Acacia!

J’ai trouvé certains passages très émouvants comme celui de la lettre qui est envoyé à Jack annonçant la mort du Docteur Madeleine qui malheureusement ne lui parviendra jamais et j’ai aussi été très émue par la fin lorsque l’on découvre pourquoi Jack a une horloge pour faire fonctionner son cœur.

Bien qu’a la fin l’on apprend que Madeleine lui a mentit une grande partie de sa courte vit, je n’ai vraiment pas pu la détesté ( et je doute que quelqu’un ai réussi). L’on pourrait penser que ses raisons sont égoïstes, après tout elle ne voulait pas que ce petit garçon qu’elle a élevé comme le sien ne la quitte pour une femme qui lui volerait le cœur avant de l’écraser sans pitié .

Peut-on lui en vouloir d’avoir laissé à Jack ce cœur si particulier qui lui  valu pas mal de moqueries, de ne pas avoir été adopté et d’être vu comme un monstre de foire? Vu comme ça je pourrais crier « oui » mais en sachant que Madeleine ne voulais que protégé son little Jack d’une blessure qu’elle savait inguérissable ayant elle aussi été atteinte de la même maladie qu’est l’amour. Ça n’en reste pas moins extrême comme solution mais « L’amour d’une mère pour son enfant ne connaît ni loi, ni pitié, ni limite. » comme dirait Agathe.

En gros je dirait qu’il s’agit là qu’une courte et très belle oeuvre avec une fin quelque peu triste et pas mal de mélancolique.

signature-luna

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s